Entête de page

Les saveurs du Noël alsacien

Ajouter à mes favoris

Comment visiter Strasbourg capitale de Noël sans succomber à une des nombreuses spécialités locales ? A Noël plus qu’à n’importe quel moment de l’année, les traditions sont mises à l’honneur dans les foyers strasbourgeois. Voici un petit aperçu de ce qui vous attend, et pour les plus impatients, nous vous livrons même quelques recettes.

Le foie gras

Véritable héritage gastronomique, le foie gras fût découvert au XVIIe siècle par Jean-Pierre Clause, cuisinier du maréchal de Contades, gouverneur militaire de Strasbourg sous le règne de Louis XVI, plaçant Strasbourg comme le centre de la production de foie gras en France. Aujourd’hui, qu’il soit d’oie ou de canard, le foie gras figure parmi les saveurs incontournables des fêtes de fin d’année, et  il n’est pas rare de le trouver sur les menus des bonnes tables strasbourgeoises.

Idée recette : Terrine de foie gras au whisky alsacien et à la vanille

Le vin blanc chaud

La Tribu des gourmets du vin d'Alsace, association rassemblement vignerons et amateurs de vins, tous amoureux de Strasbourg et défenseurs des vins d'Alsace, partage leur recette de vin chaud... au vin blanc d'Alsace s'il vous plaît ! Et à consommer avec modération.

La recette du vin chaud

Ingrédients :

  • 1 litre de vin blanc d’Alsace sec (très important), sylvaner, pinot blanc ou riesling.
  • 1 orange et ½ citron bio
  • 1 bâton de cannelle, quelques étoiles d’anis
  • 10g de sucre
  • 10 cl d’eau
Préparation :
  • Chauffez le vin blanc à feu moyen, surtout pas la moindre ébullition, et avec le couvercle sur la marmite pour éviter que les arômes ne s'envolent !
  • A bonne température, ajoutez du sucre (± 10 gr par litre, mais cela dépend du goût de chacun, et du style du vin (selon son acidité).
  • Ajoutez les oranges et le citron (bio impératif, car c’est une sorte d’infusion). On peut mettre un bâton de cannelle, quitte à le retirer une fois qu’il aura donné son parfum.
  • A température (vers 70/80°), incorporez le sucre, à ajuster selon l’acidité du vin. Attention : trop de sucre va dénaturer le vin… On équilibre le goût avec un peu d’eau, après dégustation.
  • Gardez en température mais toujours avec le couvercle ! C’est une clé essentielle pour le succès.
  • Le vin chaud peut se conserver d’un jour à l’autre, à condition de retirer fruits et épices, quitte à en remettre un peu le lendemain.

Découvrir l'article "Le vin chaud de la Tribu des Gourmets : au blanc d’Alsace le vin, sinon rien !"

Les bredele

Ces petits gâteaux sont essentiels aux Noëls alsaciens. Il en existe une grande diversité et la légende veut qu’il y ait autant de recettes de bredele que d’habitants en Alsace !
Ils sont préparés durant l’Avent, à la maison, souvent entre amis ou en famille. Pour respecter la tradition, il faut une dizaine de formes ou de goûts différents et les conserver dans une vieille boîte métallique.

Pour vous aider dans votre tâche, voici la recette des étoiles à la cannelle, une recette de Philippe Volck, pâtissier chez Kubler et chef « Etoiles d’Alsace »

Ingrédients pour 20 bredeles :
  • 500g de poudre d’amande
  • 500g de sucre glace
  • 25g de cannelle
  • 3 blancs d’œufs
Préparation :
  • Mélangez la poudre d’amande, le sucre glace et la cannelle puis ajoutez les blancs d’œufs.
  • Laissez reposer une nuit au frais.
  • Faire une abaisse de 10 mm d’épaisseur et recouvrir avec une fine couche de glace royale (un mélange de blancs d’œufs et de sucre glace).
  • Laissez sécher environ 1 heure avant de réaliser vos étoiles avec un emporte-pièce.
  • Préchauffez votre four et laissez cuire à 170 degrés Celsius, environ 10 minutes.

Découvrir l'article "Atelier bredele avec les enfants"

Le mannele

Ces petits bonshommes en pâte briochée sont confectionnés par les boulangers pour la Saint-Nicolas. Faits d’un boudin de pâte aplati, ces personnages sommairement esquissés sont parfois munis de deux yeux figurés par des raisins secs ou des pépites de chocolat.

Découvrir l'article "Männele ou Mannala, le petit bonhomme alsacien pour la Saint-Nicolas"

Le pain d’épices

Dès le Moyen Âge, le pain d’épices est un mets très prisé et précieux. Le miel et les épices qui entrent dans sa composition sont des denrées rares et coûteuses. La production s’industrialise au XVIIIe siècle, grâce à l’emploi de moules. Au milieu du XIXe siècle, ils sont préparés à l’emporte-pièce et ornés de décors au sucre recouverts de chromolithographies qui imitent les motifs autrefois moulés.

Découvrir la recette du Gewürzkuchen (cake aux épices) de Mamie Brigitte